mercredi 29 octobre 2008

White Denim: ce que le Texas a fait de mieux

En 2007 nous vous parlions de The Virgins, sombre groupe avec juste un E.P et trois concerts à son actif. Un an plus tard, nos amis new-yorkais ont sorti un album, joué en live au Grand Journal, tourné un clip bien formaté MTV et ont réenregistré « Rich Girl » dans une version joliment mainstream (nul besoin de vous signaler que nous les attendons au tournant le 15 novembre à la Cigale).

Car effectivement, il peut s’en passer des choses en une année, et si il y a bien un groupe qui galère depuis 4 ans et qui aurait mérité lui aussi une fulgurante reconnaissance, ce sont les White Denim. (check their myspace)

Nous parlons ici du groupe qui a fait la fierté d’Austin Texas, un trio d’allumés à la façon des We Are Scientists des débuts, dont le crédo est simple : rythmer n’importe quoi, se faire plaisir, et électriser le vieux son Country/Folk de leurs parents.

Peu leur importe de chanter, chacun de leur morceau est à la limite de l’instrumental, déstructuré comme on aime, avec un solo au début, voire une impro à chaque couplet.

Il s’agit en somme d’une nouvelle manière d’envisager la musique, bien loin du rock millimétré de leurs compatriotes de la côte est, les White Denim sont une curiosité qui mérite furieusement d’être connue et pourquoi pas reconnue.

Voici "Shake Shake Shake" par White Denim :

1 commentaire:

Anonyme a dit…

c'est une tuerie ces mecs!